Bien choisir sa cuisine équipée

La cuisine équipée de vos rêves est à portée de main : encore faut-il bien anticiper votre projet de cuisine pour être sûr de faire le bon choix. Budget, matériaux, implantation avec ou sans îlot central, rangements ou électroménager… Nos experts passent en revue les points à prendre en compte avant de vous lancer dans l’achat d’une cuisine équipée.

La cuisine équipée d’aujourd’hui a bien changé ! Point stratégique de la maison par excellence, elle ne se contente plus d’être le lieu de préparation des repas : souvent ouverte, elle se veut désormais un lieu d’échanges. On y cuisine bien sûr mais on y prend aussi souvent ses repas, on s’y retrouve pour discuter…

Fabriquée en France dans les usines Lapeyre, la cuisine Graphik offre un design résolument contemporain grâce à ses façades laquées unies. Portes et faces tiroir en panneau de fibres moyenne densité (de 19 mm d’épaisseur) laqué brillant et de contreparement mélaminé à la couleur de la laque. Pour une ligne parfaite, poignées “fuyantes” intégrées sur toute la largeur de la porte disponibles en mat ou brillant (MDF certifié PEFC 19 mm). Selon plan type, 1429 euros. Lapeyre.

Lapeyre

Cuisine équipée : choisir un modèle en kit

Même si au premier regard, vous allez d’abord flasher sur le look de la cuisine (coloris de façade, plan de travail, poignée), le choix de la cuisine équipée dépend avant tout du budget que vous pourrez y consacrer. Première décision, opter pour une cuisine en kit (posée par vos soins ou par un poseur professionnel) ou pour une cuisine montée en usine. “Qui dit cuisine en kit ne veut pas dire que la cuisine est de moins bonne qualité, alerte Anne Bornert, Chef de marché Cuisinella. Les cuisinistes ont beaucoup travaillé pour proposer des kits très qualitatifs : ainsi Cuisinella par exemple propose des cuisines en kit dans la gamme Les Rapides”.

Pour le kit, les caissons sont livrés à plat, charge à vous de les monter ou non. Il est aussi possible d’opter pour une cuisine en kit, puis de faire appel au service pose de la marque, ce qui revient quand même moins cher qu’une cuisine montée en usine (comptez 600 à 800 euros pour la pose).

Pour une cuisine en kit (implantation type) chez un distributeur comme Lapeyre, comptez au minimum 349 euros (hors électroménager). Chez un cuisiniste comme Cuisinella, comptez 1786 euros pour les meubles (implantation type hors électroménager).

Cuisine équipée : choisir un modèle monté en usine ou sur mesure

Contrairement aux idées reçues, très peu de cuisines sont entièrement réalisées sur mesure. La plupart des marques proposent des cuisines équipées montées en usine avec des implantations types composées de meubles bas, de meubles hauts et d’un plan de travail, ainsi que l’électroménager de base d’une cuisine équipée, à savoir, le four, les plaques, le réfrigérateur et la hotte.

“Avec une cuisine montée en usine, explique Sonia Bertucci, chef de produits meubles de cuisines chez Lapeyre, les meubles sont collés en usine, les réglages des charnières sont effectués sur place également, cela donne souvent une cuisine plus robuste et très facile à poser puisque les caissons arrivent déjà montés”. C’est ce type de cuisine que beaucoup appellent une cuisine sur mesure : à tort, même si vous pouvez choisir les matériaux des façades, des plans de travail, les coloris…puisque l’implantation est type. On peut ensuite personnaliser sa cuisine en complétant l’implantation type et en incluant des éléments véritablement sur mesure comme des meubles en angle, des cache-chaudières…pour s’adapter au plus juste à une configuration spécifique. Seuls des artisans (ou quelques marques très haut de gamme) proposent des cuisines 100% sur mesure, avec un budget sans commune mesure.

Pour une cuisine montée en usine, comptez au minimum 849 euros (selon composition type, sans électroménager) chez Lapeyre, au moins 3500 euros chez Cuisinella (selon implantation type, électroménager compris, plus 600 à 800 euros de pose) et 6400 euros chez Cuisine Schmidt (électroménager compris, plus 600 à 800 euros de pose).

Cuisine équipée : quelles questions se poser ?

Une fois que le client s’oriente vers le kit ou la cuisine montée, il faut ensuite essayer de bien cerner son besoin comme l’explique Delphine Pfeiffer, responsable marketing produit Schmidt : “Même si le client a surfé sur Internet, un premier rendez-vous prend du temps : il faut savoir qui vivra dans cette cuisine, si la famille a des enfants, s’ils vont y prendre leurs repas, si la pièce est grande ou pas et bien sûr comment elle est positionnée dans la maison”. En effet, vous devez vous adapter à la configuration des lieux (cuisine en U, en L, en angle) pour positionner ce qu’on appelle le “triangle d’activité”, c’est-à-dire la zone formée par les trois postes fonctionnels de la cuisine, le lavage, le froid et la cuisson. L’idéal est que ces trois postes qui sont interdépendants forment un triangle, pour ce faire, la cuisine idéale est en forme de U : “Il s’agit avant tout de rendre les déplacements à l’intérieur de la cuisine plus faciles et donc de réduire au maximum les distances entre ces postes, précise Elise Besançon, chef de produit électroménager chez Lapeyre. Mais attention, ces “règles” sont en train d’évoluer, poursuit-elle : avant les plaques de cuisson étaient en général positionnées au milieu du plan de travail, ce qui le réduisait fortement. Maintenant, les plaques sont souvent positionnées à l’extrémité de la cuisine, pour augmenter la surface du plan de travail et répondre ainsi aux demandes des clients”.

Cuisine équipée : de nombreux matériaux possibles

Le budget entre aussi en ligne de compte dans le choix du matériaux de la cuisine. Le panneau mélaminé (panneau de particules sur lequel on pose un papier, la mélamine) s’est largement développé dans la cuisine, avec néanmoins des qualités assez disparates allant de la qualité basique à des mélaminés très sophistiqués (ultra mat avec toucher soft de la cuisine Ytrak de Lapeyre ou Touch chez Cuisinella par exemple) ou des ‘effets bois’ très attractifs. “On trouve aussi des façades mélaminées recouvertes d’un vernis brillant qui présentent un effet laqué vraiment attractif, ajoute Sonia Bertucci chez Lapeyre. Lesquelles sont toujours moins coûteuses que des façades laquées, très à la mode ou des façades bois”. Autre possibilité, les façades en inox pour un rendu très moderne ou les meubles en PVC, qui se sont aussi largement développés, pour des prix un peu plus élevés que les meubles en mélaminé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *